La Mégère apprivoisée (Théâtre de la Ville)

Il y a dix jours à peine, dimanche 8 mars, nous célèbrions la Journée internationale de la Femme. Cette année, le thème était porté sur l’autonomisation des femmes et invitait à imaginer un monde où les femmes et les filles peuvent exercer leurs choix. C’est donc non sans une certaine résonnance que me sont apparus les enjeux de La Mégère apprivoisée, mis en scène par Mélanie Leray au Théâtre de la Ville (Paris). Parce que la situation des femmes la préoccupe, Mélanie Leray revisite l’une des toutes premières pièces de Shakespeare en la transposant dans les années 60, au moment du Mouvement de Libération des Femmes.

Continuer la lecture de La Mégère apprivoisée (Théâtre de la Ville)

Niki de Saint Phalle (Grand Palais)

L’exposition est sur le point de finir et les files d’attente ne désemplissent pas. Après trois tentatives d’accès (la dernière sera la bonne !), beaucoup de patience et un brin d’acharnement, je parviens enfin à entrer dans le Grand Palais, comme 500 000 visiteurs l’ont fait avant moi. Et, je dois le reconnaître, je n’en ressortirai pas tout à fait la même, telle une Nana émue par la beauté, la richesse et la profondeur de cette femme-artiste hors du commun.

Continuer la lecture de Niki de Saint Phalle (Grand Palais)

#4 – Niki, une Nana carabinée.

J’ai beau essayer de trouver un autre sujet pour mon billet d’humeur de la semaine, je n’y arrive pas. Le portrait de Niki de Saint Phalle me hante. Peut-être parce cela fait dix jours que j’ai vu sa rétrospective au Grand Palais (j’en parlerai dans mon Billet de Sortie de mercredi prochain !), peut-être parce que je ne cesse de me documenter sur son oeuvre depuis, peut-être parce que je suis plongée dans la lecture de sa biographie… En tout cas, Niki a sans aucun doute occupé mes pensées de la semaine.

Continuer la lecture de #4 – Niki, une Nana carabinée.

« Nos Serments » (La Colline)

Avec « Nos Serments », Julie Duclos poursuit sa recherche sur le désir, avec autant d’humour que de sérieux, en s’inspirant très librement du film « La Maman et la Putain » de Jean Eustache et du « Bonheur » d’Agnès Varda. Un jeune homme vit avec une jeune femme, et en rencontre une autre. Si les personnages refusent le schéma classique du trio amoureux : moi / ma femme / ma maîtresse, c’est pour tenter de vivre cette rencontre différemment, de manière pacifique plutôt qu’hystérique. Entre amour et désir(s), peut-on partager ?

Continuer la lecture de « Nos Serments » (La Colline)

Garry Winogrand (Jeu de Paume)

C’est au Jeu de Paume à Paris qu’est présentée la toute première rétrospective européenne du photographe américain Garry Winogrand (1928-1984). Véritable explorateur du quotidien, il appréhende les rues américaines de l’après-guerre avec réalisme, poésie et drôlerie. Dans ses clichés se côtoient hommes d’affaires, sportifs illustres, femmes anonymes, manifestants, ouvriers, animaux, etc. – autant de sujets qui rendent compte du spectacle permanent qu’est la ville.

Continuer la lecture de Garry Winogrand (Jeu de Paume)