#10 – Au fil des poissons en chocolat

En avril, ne te découvre pas d’un fil pour partir à la chasse aux oeufs, et ce n’est pas une blague !

Si le printemps a timidiement fait son apparition il y a deux petites semaines, méfions nous du froid de canard que cache l’impatience des beaux jours, selon le dicton populaire. Avant de faire ce qu’il nous plaît, mieux vaut revêtir son gros manteau et son écharpe avant de partir à la chasse aux oeufs !


SYMBOLE DE RENAISSANCE.

A l’image des bourgeons qui éclosent et de la Nature qui se réveille, les oeufs sont symboles de fertilité, de vie et de renaissance. Bien avant la réappropriation chrétienne, les Égyptiens et les Perses avaient pour habitude de teindre des oeufs et de les offrir pour symboliser le renouveau de la vie. Dans l’antiquité gauloise, les druides teignaient les oeufs en rouge en l’honneur du soleil, tandis que certains cultures païennes disposaient des oeufs dans les tombes ou les sépultures pour demander la renaissance de la personne décédée.

Avec la religion chrétienne, où le jour de Pâques célèbre la résurrection du Christ, l’oeuf conserve toute sa symbolique et la coutume de s’offrir des oeufs le matin de Pâques apparaît dès le IVè siècle en Europe.


DU MOTIF AU CHOCOLAT.

Apportés par les cloches en France et en Belgique, par un lièvre en Alsace et aux États-Unis, par un lapin blanc en Allemagne, par une cigogne en Thuringe ou un renard en Westphalie (régions d’Allemagne), par un coucou en Suisse ou par les poules au Tyrol, en Italie (et ce sont bien les plus logiques, finalement !), les oeufs en chocolat se substituent progressivement aux oeufs décorés.

Mais bien avant de ravir les gourmands, ces oeufs étaient d’abord bien véritables ! Interdits pendant la période du Carême, les oeufs alors pondus étaient conservés jusqu’au jour de Pâques où ils étaient bénis, décorés puis offerts aux enfants.

Puis, après l’oeuf de poule ordinaire, on se met à en fabriquer en verre, en porcelaine et en bois… et les artistes de rivaliser d’audace ! Progressivement introduits dans les cours royales, les oeufs font alors objet de commandes les plus audacieuses… et Louis XIV n’hésite pas à en faire une institution : une chasse au plus gros oeuf du royaume est alors organisée, tandis que le Roi Soleil couvre ses sujets d’or d’oeufs (!) peints à la feuille d’or.

C’est d’ailleurs à l’orfèvre Peter Carl Fabergé, que l’on doit les fameux oeufs en or massif, conçus en 1885 pour le Tsar Alexandre III, à la demande de son épouse Maria Feodorovna. Également séduit, Nicolas II prolonge la tradition, et ne cesse d’offrir de magnifiques exemplaires à sa mère et son épouse. On estime qu’entre 1885 et 1916, pas moins de 56 joyaux sont sortis de l’atelier de Fabergé.

Quoiqu’il en soit, que vous vous sentez l’âme pieuse, artiste ou gourmande, tout est bon prétexte pour offrir à ses proches le l’oeuf signe de renaissance, sous ce beau soleil de printemps !

Un Lapin dans mon Prunus !
Un Lapin dans mon Prunus !
Publicités