#2 – Audace & Liberté

Il aurait dû s’agir du premier billet d’humeur de ce blog… Le titre « Audace & Liberté » avait été choisi en conséquence. Mais les tristes événements qui sont venus entacher ce début d’année ont permis, malgré eux, de revendiquer d’autant plus notre droit à la liberté, et de saluer le courage de ceux qui la défendent.

Pour ce premier deuxième billet d’humeur, donc, je vous propose un petit clin d’œil furtif dans le rétroviseur. Histoire d’extraire l’essence d’une année qui s’achève pour en faire le carburant de l’année qui commence. Retour sur quelques faits marquants de 2014 ; faits qui, j’entends, ont eu une connotation toute particulière pour moi.

LE FILM DE L’ANNÉE – Un certain 24 mai 2014, vers 19h30, le jury de la 67è édition du festival de Cannes présidé par Jane Campion décerne son prix pour le film « Mommy » de Xavier Dolan. Le discours du jeune réalisateur québécois me tire les larmes aux yeux… larmes qui ne manqueront pas de rouler sur les joues, quand je découvrirai par deux fois le film en salle quelques mois plus tard. Quand Dolan remercie Jane Campion pour lui avoir donné envie de faire du cinéma et d’écrire « des rôles pour des femmes magnifiques, avec une âme, pas des victimes, pas des objets. », on ne peut que saluer la grandeur, la finesse, l’intelligence et la sensibilité d’un homme qui aura su faire de « Mommy » mon grand Film de l’année.

Mommy-de-Xavier-Dolan
« Accrochons-nous à nos rêves, car nous pouvons changer le monde par nos rêves, nous pouvons faire rire les gens, les faire pleurer. Nous pouvons changer leurs idées, leurs esprits. Et en changeant leurs esprits nous pouvons changer le monde. […] En bref, je pense que tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais. » Xavier Dolan.

LA CHANSON DE L’ANNÉE – « Riptide » de Vance Joy. Je pourrais citer ici bien des chansons ; chacune d’entre elles évoquant un moment bien particulier, une image, une émotion. Loin d’être impartial et objectif, ce choix ne relève pas tant de sa valeur intrinsèque mais de ce qu’il représente pour moi. Élevée à la première place du podium par la station de radio australienne Triple-J (qui décerne chaque 26 janvier pour l’Australia Day le classement des « 100 Hottest Songs »), Riptide surfe à contre-courant sur les ondes hertziennes. Alors, even if [I’m] gonna sing the words wrong, je chante à tue-tête la chanson qui m’accompagna pendant mes sept mois de road-trip en Australie.


LA PIÈCE DE L’ANNÉE – « The Shadow King » de Michael Kantor. Présentée dans le cadre des Festivals de Melbourne, Sydney, Adelaide, Perth, Brisbane et Darwin (Australie) au cours de la saison 2013-2014, cette version revisitée du « Roi Lear » de Shakespeare prend ici un tout nouveau sens. Ce sont en effet des acteurs aborigènes qui incarnent les rôles de la pièce (réduits au nombre de huit pour l’occasion), révélant alors les mots de Shakespeare sous une toute autre couleur ; le partage du royaume de Lear évoque instantanément la destitution des terres aborigènes, la rivalité entre les trois filles du Roi et les deux frères ennemis Edgar et Edmond traduit la violence qui subsiste encore entre les différentes communautés indigènes et la question de la légitimité dans la pièce n’est non sans évoquer la réelle question de légitimité du (des) peuple(s) aborigène(s) par rapport au gouvernement australien. En somme, une violente tragédie où se déchirent des familles par folie, jalousie, cupidité, corruption et rancœur… et ce jusqu’à la mort. Une tragédie d’autant plus violente quand elle prend tout son sens dans les conditions actuelles d’un peuple déshonoré.

« Our temples are built in the ground. Our castles are in the dirt. We ourselves are written in the stars. » Tom E. Lewis


Je Suis Libre

La teneur de ce billet se veut se voulait incontestablement positive, en dépit des vicissitudes et des drames qui ébranlent tristement notre monde. Mais n’oublions pas tous ces combats pour la liberté (devrais-je même dire les libertés) :

* d’expression Malgré le sanglant attentat contre Charlie Hebdo, près de quatre millions de français se sont mobilisés dimanche 11 janvier à l’occasion d’une marche républicaine pour réaffirmer notre droit à la liberté l’expression, alors que le bloggueur saoudien Raif Badawi est condamné à 1000 coups de fouet pour « insulte à l’Islam ». Rappelons que, selon le CPJ [Comité de Protection des Journalistes], près de 80 journalistes ont été tués ou assassinés dans le cadre de leurs fonctions en 2014, 220 sont encore détenus ou emprisonnés du fait de leur profession, tandis que d’autres sont contraints à la censure ou au silence ;

* d’éducation la jeune pakistanaise de 17 ans Malala Yousafzai obtient le Prix Nobel de la Paix pour son combat en faveur de l’instruction des jeunes filles alors qu’au Nigeria, plus de 200 lycéennes sont enlevées par des militants de la secte islamique Boko Haram ;

* politique alors que la crise ukrainienne oppose violemment les pro- et anti-Maïdan et que certaines provinces du pays revendiquent leur appartenance russophone en demandant le rattachement à la Fédération de Russie, une marée humaine déferle dans les rues d’Hong-Kong contre le pouvoir central de Pékin qui souhaite réduire les libertés démocratiques ;

* religieuse le Pape François marque sans conteste l’année 2014 pour ses prises de position autant religieuses que diplomatiques ; volonté de relancer le dialogue inter-religieux lors de son voyage en Terre Sainte, de chercher une « solution pacifiste » à la crise en Syrie et « d’abattre les murs de l’inimitié » entre Palestine et Israël, volonté d’assouplir la position de l’Église sur la question des divorcés remariés, des concubins et du mariage homosexuel, volonté d’encourager le rapprochement diplomatique entre les Etats-Unis et Cuba en favorisant l’échange entre Barack Obama et Raoul Castro ou encore, volonté de lutter contre les « 15 maladies » qui menacent la Curie : « Alzheimer spirituel », « fossilisation mentale », « schizophrénie existentielle », « exhibitionnisme mondain »… ;

* sexuelle bien que la loi autorisant deux personnes de même sexe à se marier ait été votée en mai 2013, la question du mariage pour tous continue de mobiliser les foules en 2014. À Paris, près de 1330 mariages homosexuels ont été célébrés cette année. La France compte parmi les 15 pays (dont 11 européens et 9 de l’UE) a avoir autorisé le mariage homosexuel.


Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter, malgré tout, une belle année 2015, placée sous le signe de la liberté et de l’audace. Vive la vie !

Publicités